C’etait un lundi et ils marchaient sur une corde vers le soleil – La Voleuse de livre – Marcus Zusak

July 11, 2016 (TM) (Pour mon ami)

 

La Météo : Mi-Mai

   Liesel ouvrit simultanément la bouch et la porte.
Au foot, rue Himmel, son équipe âilé crasé celle de Rudy par 6 à 1 et elle fit irruption dans la cuisine, triomphante, pour décrire à Hans et à Rosa le but qu’elle avait marqué. Elle se rua ensuite au sous-sol et fit de même avec Max, qui abandonna la lecture de son journal et l’écouta attentivement, tout en riant avec elle.
Lorsqu’elle eut terminé, il y eut quelques minutes de silence, puis Max leva les yeux. “Est-ce que tu ferais quelque chose pour moi, Liesel?” demanda-t-il.
Toujours excitée par le but qu’elle avail marqué, elle sauta de son tas de bâches.  C’etait une façon de répondre par l’affirmative.
“Tu m’as raconté en détail comment tu as marqué ce but, mais avait du soleil ou s’il était caché par les nuages.” Il passe sa main dans ses cheveux fraichement coupés. Son regard humide demandait la chose la plus simple du monde. “Pourrais-tu monter et me dire quel temps il fait dehors?”
Naturellement, Liesel se précipita vers l’escalier. Une fois devant la porte souillée par les crachats, elle leva les yeux ver le ciel.
Lorsqu’elle regagna le sous-sol, elle décrivit ce qu’elle avail vu.
“Aujourd’hui, Max, le ciel est bleu, avec un gros nuage allongé qui ressemble à une corde, et, au bout de cette corde, le soleil fait un trou jaune…”
Max comprit que seule une enfant était capable de lui offrir cette forme de météo. Sur le mur, il peignit un long cordage avec, au bout, un soleil jaune dégoulinant, dans lequel on aurait pu plonger. Il ajouta deux silho uettes, celle d’une fillette menue et celle d’un Juif tout flétri, qui avancaient en direction de ce soleil. Et, sous le dessin, il inscrivit la phrase ci-dessous.

C’etait un lundi et ils marchaient sur une corde vers le soleil

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *